Contrôle d'accès avec système RFID

Le système RFID IO-Link de Turck sécurise les tests de haute tension à la SNCB, la compagnie ferroviaire belge

Pour garantir des conditions de travail sûres, les entreprises doivent s'assurer de manière fiable que seules les personnes ayant la formation appropriée sont autorisées à accéder à certaines zones et installations. La société ferroviaire belge SNCB utilise un système RFID de Turck pour contrôler l'accès aux zones de test haute tension de son atelier central de Malines. Les trains y sont entretenus, reconstruits et révisés. Dans un nouveau laboratoire, la SNCB teste les convertisseurs de puissance des trains à 3000 volts.

  • The entrances to SNCB's high-voltage test room can only be opened by authorized employees via RFID tags

  • The K50 LED indicator with sound signal changes to red as soon as the test procedure is active

  • After scanning the RFID tag by the TN-M30-IOL-H1141 in the console, the test procedure can be started

  • Turck IO-Link master TBEN-L5-8IOL takes care of the signal transmission

  • The LED signal lights are connected via Turck’s compact TBEN-S2 I/O module

  • All entrances are secured via Turck's RFID solution so that only authorized persons are granted access

  • Jimmy Volders, Dymotec, Kristof Honee, SNCB, and Danny D'hollander, Turck Multiprox (from left)

"Les risques d'une installation 3000 V ne doivent pas être sous-estimés", déclare Kristof Honee, responsable du département électronique de l'atelier central de la SNCB à Malines. "Même lorsque la tension est coupée, il peut encore y avoir de la charge dans les bobines et les condensateurs. C'est pourquoi le travail doit toujours être effectué de manière systématique, selon des procédures établies et par des personnes conscientes des risques." En Belgique, les lignes électriques aériennes des trains transportent une tension continue de 3 000 volts. Les convertisseurs de puissance à bord des trains transforment la haute tension en tensions plus basses pour les moteurs, la climatisation et tous les autres équipements.

L'alimentation de laboratoire fournit 3000 volts

"Dans le nouveau laboratoire, nous disposons de trois zones de test pour tester les convertisseurs après leur révision ou leur réparation", explique Honee. "De nombreux composants peuvent être testés à des tensions inférieures, mais pour le test final, nous utilisons une alimentation de laboratoire qui peut délivrer 3 000 volts, tout comme la ligne aérienne." Les tests doivent être réalisés selon des procédures strictement réglementées, en accordant une attention particulière aux risques de sécurité.

La SNCB a demandé à l'intégrateur de systèmes belge Dymotec - spécialisé dans les installations électriques industrielles et l'automatisation - de développer un système capable de gérer les procédures d'essai tout en respectant tous les aspects de sécurité requis et en contrôlant l'accès. La gestion des autorisations et le suivi de toutes les procédures en sont les clés.

Un système RFID sécurise l'accès à la zone d'essai

À la porte d'entrée des zones d'essai du laboratoire, des voyants lumineux à DEL K50 sont installés et changent de couleur en fonction de l'état d'une zone. À chaque porte, ainsi qu'aux panneaux de commande, se trouve un lecteur RFID où les opérateurs doivent faire lire leur badge, un support de données RFID, pour avoir accès. "Nos employés reçoivent une formation qui couvre tous les aspects de sécurité de chaque type de convertisseur", explique Kristof Honee. "Le système de Dymotec garantit que toutes les exigences de sécurité sont respectées à chaque étape du processus de test."

Les lecteurs RFID vérifient qui se connecte. L'automate vérifie si cette personne est autorisée à accéder à une situation particulière ou à lancer l'étape suivante d'une opération. Enfin, l'automate contrôle l'alimentation électrique du laboratoire et veille à ce que le dispositif d'essai ne soit mis en marche que lorsque la situation est sûre. Les opérateurs doivent confirmer chaque étape pour que rien ne soit oublié.

Têtes de lecture/écriture RFID et lampes témoins

Dymotec utilise le système RFID de Turck à cet effet. Les têtes de lecture/écriture RFID lisent l'ID d'un badge et le transmettent à l'automate via IO-Link. " Le système RFID peut être mis en œuvre assez facilement ", explique Jimmy Volders, chef de projet chez Dymotec. "Les lecteurs RFID et les lampes de signalisation sont connectés aux maîtres IO-Link via IO-Link. Ceux-ci fournissent également l'alimentation électrique, de sorte que peu de câblage est nécessaire."

Les maîtres IO-Link TBEN-L5-8IOL communiquent avec l'automate via Profinet. Grâce au commutateur à deux ports intégré aux modules IO-Link, les maîtres forment une topologie de ligne de sorte qu'une seule ligne Profinet doit être acheminée d'une porte d'accès à l'autre, ce qui permet de réduire le travail de câblage.

Les zones de test sont équipées de lampes de signalisation K50 de Banner Engineering, qui sont commandées par l'automate pour changer de couleur. Ainsi, une lampe par porte d'accès suffit, contrairement aux lampes de signalisation couleur traditionnelles de type " stick ". La programmation ne doit pas se limiter à la sélection d'une seule couleur. Les LED peuvent être contrôlées individuellement. Les unités de commande ont été équipées de feux de signalisation avec fonction sonore, de sorte que le système peut également émettre des signaux d'avertissement acoustiques.

Grâce à l'automatisation de l'installation d'essai, toutes les procédures de sécurité sont désormais mises en œuvre de manière efficace - sans ralentir les opérations par des processus manuels. La traçabilité complète de chaque action est assurée tout au long du processus.

to top